RADIO(S)

Alerte info
Groupe Pro Déo : Nouvel album du groupe PRODEO, bientôt dans les bacs « Aucune Bible n’a été brûlée » : Les pompiers rendent gloire à Dieu après l’incendie d’une église « Je remercie le Seigneur » : : une grand-mère de 72 ans survit sous les décombres de sa maison après la tornade « Pourquoi veux-tu te tuer ? » : : Ab, musulman, appelé par Jésus pour être son témoin en Inde Tuerie d’Aurora : : « Dieu nous dit de pardonner. Je pense que c’est ce que je dois faire et c’est ce que je vais faire »


#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

En août 2018, au cours d'un procès historique, Monsanto a été condamnée à une amende record. Combien de scientifiques auraient œuvré en coulisse pour la multinationale américaine qui commercialise le Roundup, un herbicide composé essentiellement de glyphosate ? La firme aurait convaincu d'éminents chercheurs de jouer pour elle les "ghostwriters", ou écrivains fantômes, et de signer des études qu'elle aurait elle-même en partie rédigées. C'est ce que montrent les "Monsanto Papers". Extrait de "Monsanto, la fabrique du doute", un reportage à voir le 17 janvier 2019 dans "La Spéciale d'Envoyé : glyphosate, comment s'en sortir ?"

Au club des honorables scientifiques ayant "prêté leur nom" à Monsanto, le professeur Henry Miller, un célèbre biologiste américain, chercheur à Stanford. En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), décide de classer le glyphosate comme cancérogène probable.

Le 12 mars de cette même année, un employé de Monsanto, Eric Sachs, organise la contre-attaque. Voici le mail qu'il adresse au biologiste : "Henry, cela vous dirait d'écrire sur le CIRC, ses méthodes et sa décision controversée ? J'ai des éléments, et je peux vous les donner, si besoin." Celui-ci n'a rien contre, à condition de partir d'un "brouillon de haute qualité". Lequel lui est aussitôt fourni, "pas tout à fait fini, mais un bon début pour votre plume magique", selon les termes de Sachs.

Combien Henry Miller a-t-il touché ?

Le 23 mars, le très influent magazine américain Forbes publie en ligne l'article signé par Henry Miller (il a été depuis supprimé), une retranscription presque mot pour mot du brouillon de Monsanto. Le style, les formules, et même le titre... copiés-collés. Selon les calculs du journaliste Tristan Waleckx, 85% du texte a été rédigé par Monsanto. Les 15% de Miller consistent en quelques corrections grammaticales et l'ajout d'une virgule. 

Combien le biologiste a-t-il gagné pour cet article "ghostwrité" ? Tristan Waleckx a fait le voyage jusqu'à sa banlieue chic de San Francisco... mais le professeur à la plume magique n'a "rien à dire". Comme Henry Miller, une dizaine de scientifiques suspectés de "ghostwriting" ont refusé de le rencontrer.

Extrait de "Monsanto, la fabrique du doute", un reportage à voir le 17 janvier 2019 dans "la Spéciale d'Envoyé : Glyphosate, comment s'en sortir ?"

Source de l'article : https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/pesticides/glyphosate/video-glyphosate-quand-un-scientifique-signe-un-article-ecrit-a-85-par-monsanto_3140029.html#xtor=RSS-3-[sante]
Partager